Vous êtes ici : Accueil » Vivre & Découvrir » Notre Commune » Exposition “le Maquis Surcouf”

Le Maquis Surcouf

 

Une page d’histoire locale pour rappeler l’action de nos aînés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Le Canton de Saint-Georges du Vièvre, grâce à ses vallons aux pentes boisées et son bocage, fut un haut lieu de résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale.

En 1942, l’épicier du village Robert LEBLANC, le curé l’abbé MEULANT et le charpentier Robert SANSON dit « la Torpille », commencèrent à cacher des jeunes réfractaires au STO. Puis, l’effectif grossit et le maquis s’organisa en groupes armés qui, à partir de septembre 1943, multiplièrent les coups de main et les sabotages. A la libération, le maquis aligna 300 combattants armés pour soutenir les alliés.

Le Maquis Surcouf deviendra très efficace dès la fin 1943 et surtout dans les mois de mai, juin et juillet 1944. Il fut le maquis le plus actif de Haute Normandie durant la Seconde Guerre Mondiale.

En face de l’église se trouve une épicerie : le berceau du maquis Surcouf. Lors de la seconde guerre mondiale, les maquisards s’y réunissaient pour préparer les sabotages.

A l’entrée du village, inauguré le 10 juin 1948 en présence de Pierre Mendès-France, un grand monument rend hommage aux résistants de la région qui ont donné leur vie dans la lutte contre l’occupant allemand.

 

 

 

 

La salle d’exposition peut accueillir des groupes de 18 personnes.

 

Exposition permanente “Le Maquis Surcouf”

Les fondateurs du “Maquis Surcouf” étant originaires de Saint-Etienne l’Allier, l’association l’Amicale Stéphanoise a réalisé, avec l’aide de l’Office de Tourisme Vièvre Lieuvin, une exposition permanente dans une salle de la mairie mise à disposition par la commune.

Cette salle a été baptisée “salle Edmond Floquet dit Grand Jules” en l’honneur de celui qui fut le dernier maquisard, secrétaire de l’amicale des anciens du Surcouf.

L’exposition se répartit en 5 thèmes.

1 – Vivre libre ou mourir au maquis

Portraits de Résistants, dont ceux des fondateurs : Robert LEBLANC, l’Abbé MEULANT, Robert SAMSOM
Documents sur la vie quotidienne pendant l’occupation allemande
Documents concernant R. LEBLANC : remise de la légion d’honneur par le Général DE GAULLE
Frise historique avec les différentes actions du maquis

 

2 – La Libération

Photos d’événements locaux, présentation d’objets de l’armée américaine

 

3 – Les martyrs de la Résistance

Photos de Résistants exécutés ou déportés
Journaux locaux, tracts de propagande, lettres de dénonciation et de menaces etc..

 

4 – Hommage à Edmond FLOQUET

Edmond Floquet est décédé en 2010. Ses nombreuses décorations sont exposées.

 

5 – Le Monument du Maquis Surcouf et les autres lieux de mémoire

Cartes, photos, coupures de presse de 1948 relatant l’inauguration du mémorial de St Etienne l’Allier où sont inscrits les 125 noms des victimes de la barbarie nazi.

De nombreux objets sont exposés :

des casques de soldats des différentes armées belligérantes,
des objets de la vie quotidienne : poste TSF, poste à galène, machine à écrire,
croix de Lorraine en bois, drapeaux FFI, affiches, etc..

La dernière acquisition de l’Amicale Stéphanoise pour enrichir l’expo est une machine à écrire Mignon de 1930. C’est avec une machine de ce type que Simone SAUTEUR dite PUCE, la secrétaire de Robert LEBLANC se déplaça de cache en cache de novembre 1943 à septembre 1944 et qu’elle écrivit les notes et les ordres du chef du maquis.

 

Les visiteurs ont également la possibilité de visionner un CD d’une durée de 20 minutes intitulé “Quand la lumière naît de l’ombre ”; ce film a été réalisé par des jeunes de la commune qui ont recueilli les témoignages des derniers résistants encore en vie à l’époque du tournage.

 

 

Ouvert tous les matins de 9 à 12 heures (sauf le lundi) et sur rendez-vous.